Elle est fille de Zeus et de Dioné (une fille d'Océan) dans l'Illiade, mais plus tard on la fit naitre de l'écume de la mer fécondé par Ouranos, au moment où ses organes génitaux furent tranchés par Cronos, près de Cythère. De cet endroit, Zéphyre (le vent d'ouest) l'aurait receuillit dans une conque de nacre et transportée à Chypre. Depuis les deux îles lui furent consacrées. L'un des hymnes Homériques l'appelle la "radieuse déesse dorée et en voilà un extrait :

"Le souffle du vent d'ouest l'a portée, de l'écume jaillissante et par-dessus la mer profonde jusqu'à Chypre, son île, aux rivages frangés de vagues. Et les Heures, couronnées d'or, l'ont acceuillie avec joie. Elles l'ont vêtue d'une robe immortelle... Et l'ont présentée aux dieux, et tous furent émerveillés à la vue de Cythérée aux cheveux ceints de violettes."

Tous les poétes nous donnent une image radieuse de la déesse qui est toujours accompagnée de la beauté : les vents et les nuées fuient devant elle alors que sous ses pas le sol se couvre de fleurs. Sans elle, il n'y aurait ni joie ni attraits nul part. Elle est la déesse de l'Amour et de la beauté, elle séduit et trompe tous, dieux ou hommes. Elle aussi déesse du rire, et se moque doucement de tous ceux que ses ruses ont conquis. Elle est irresistible et ôte la raison même aux plus sages. Les poèmes les plus récents la décrivent comment une séductrice fatale et destructrice. Dans l'Illiade par contre, elle est décrite comme un petit animal beau mais faible dont les hommes n'ont rien à craindre. Elle est paradoxalement la femme d'Hephaïstos, un dieu aussi laid qu'elle est sublime, difforme qui vit dans sa forge. Cependant elle a eu de nombreuses aventures extra-conjugales. Avec le dieu Arès dont elle a trois enfants : Harmonie, Déimos et Phobos (incarnation de la peur panique accompagnant toujours son père sur le champ de bataille). Héphaïstos fut averti par Hélios (le soleil) de cet adultère et pour surprendre le couple créa un filet magique qu'il déposa dans leur lit. Le couple se fit prendre et se retrouva prisonier du lit et Héphaïstos convia Zeus et les Olympiens à contempler les amants fautifs. A la suite de cet événement, Aphrodite maudit Hélios et sa déscendance à jamais (Pasiphaé et ses filles Arianes et Phèdre qui connurent toutes des destins tragiques). De son amour avec Hermès, le dieu messager, naitra Hermaphrodite, de celui avec Dionysos naitra Priape et de celui avec le troyen Anchise, Enée qu'elle protégera pendant la bataille. Elle dispute le bel enfant Adonis à Perséphone. Dans certaines sources, Eros passe pour être son enfant. La vengeance d'Aphrodite est terrible. Elle ne se venge des femmes que si elles la servent mal ou refusent de la servir. Les femmes sont plus ses isntruments que ses victimes. Exemple de sa colère : elle condamna  Eos (l'aurore) à l'érotomanie (une psychose passionnelle touchant des femmes qui tombe amoureuse d'homme à statut social élevé ou célèbre, en imaginant que cet amour est partagé, pouvant les conduire à des actes défiant la raison). Pour punir Hippolyte, qui ne respecte qu'Artémis, elle provoque la passion de Phèdre. A la demande de Poséidon, elle suscite le désir monstrueux de Pasiphaé pour un taureau. Elle afflige les femmes qui se prostituent (comme celle de Lemnos) d'une odeur effroyable qui fait fuir les hommes. Elle tenta aussi de piéger la nymphe Psyché et le dieu Eros mais échoua. Ses protégées se plaignent de la déesse comme Hélène (personnage important de la guerre de Troie) : "Infortunée que je suis, lui dit-elle, te voilà encore à mes côtés, pleine de desseins perfides !". La légende la plus connue concernant la déesse est sans doute celle qui en fait la cause de la guerre de Troie (mais je l'évoquerai ailleurs). Toutefois, elle sait aussi se montrer généreuse pour ceux qui la vénèrent. Ainsi, elle donne la jeunesse et la séduction à Paon. Elle donne la vie à la statue d'ivoire de Pygmalion (roi de Chypre). Enfin, elle délivre de ses chagrins Sélemnos, abandonné par la nymphe Agryra, en le transformant en rivière et en lui donnant le don d'oublier ses peines ( depuis tous ceux qui se baignent dans ses eaux guérissent de leur chagrin d'amour). L'arbre qu'on lui consacrait est le myrtre et ses oiseaux sont le cygne, le moineau mais surtout la colombe. Son attribut est la nudité. Elle est accompagnée d'un cortège de serviteurs qui incarnent les plaisir : les Charités veillent à la toilette de la déesse et répandent la joie autour d'elles.

Dans cette description de la belle déesse, j'ai évoqué de nombreux personnages que je vais vous présenter ici .

235px_bouguereau_venus_detail

les Charités :

charites